fbpx

Born or made ? Depuis la parution en 2010 du livre Born Entrepreneurs, Born Leaders, de Scott Shane, professeur d’économie et d’études entrepreneuriales à l’université Case Western Reserve aux États-Unis, la question est souvent discutée. Et les études sur les sujet ne manquent pas.

Une nouvelle étude, menée par OnePoll pour le compte de Vistaprint, auprès de 500 chefs de petites et micro-entreprise (de 0 à 49 salariés), révèle que pour la majorité des entrepreneurs interrogés, “on devient entrepreneur” grâce à son parcours, ses expériences et son éducation. Pour 84% d’entre eux, il faut cependant disposer d’un certain type de personnalité pour se lancer…

Des traits de personnalités en commun… qui varient selon l’âge

Il existerait des prédispositions pour devenir entrepreneur. L’étude fait ressortir certaines caractéristiques : plus de la moitié des entrepreneurs se décrivent comme indépendants (58%), travailleurs (57%) et dignes de confiance (55%). Les différences sont cependant assez marquées en fonction des générations et du sexe. Les jeunes entrepreneurs (18 à 34 ans) s’affirment davantage comme des personnes passionnées (48% contre 37% pour les plus de 55 ans), déterminées (46% contre 41%), énergiques (35% contre 26%), et sûres d’elles, malgré une expérience moindre (30% contre 27%).

{Graphiste et agence de communication en marketing digitale} - {Collectif graphiste} - {UNIXEL MARKETING}
OnePoll/Vistaprint

L’intégrité et le fait d’être digne de confiance sont des traits de personnalité plus répandus chez les entrepreneurs Baby-Boomers. Ainsi, la moitié des entrepreneurs de plus de 55 ans se qualifient d’intègres (contre seulement 28% des moins de 34 ans) ; et 64% des entrepreneurs les plus seniors se disent dignes de confiance (vs 47%).

Les femmes sont plus nombreuses à se présenter comme des personnes indépendantes (66% contre 53% des hommes) et de passionnées (46% contre 37%) alors que les hommes se qualifient davantage d’intègres (41% contre 33%).

La personnalité du fondateur, facteur clé du succès

L’étude Vistaprint révèle que la quasi-totalité (96%) des entrepreneurs interrogés s’accordent à dire que la personnalité de l’entrepreneur a une influence directe sur le succès de l’entreprise. Les trois-quarts des répondants pensent même qu’il s’agit du critère le plus important.

  • “Le succès à long terme ne peut être attribué au seul facteur chance ; il semble dépendre davantage de la personnalité du fondateur. Dans notre enquête, les chefs d’entreprise sont d’accord pour affirmer que l’indépendance, accompagnée du fait d’être travailleur, digne de confiance et déterminé permettent de mettre toutes les chances de son côté”, explique Sabine Leveiller, responsable Vistaprint France.
{Graphiste et agence de communication en marketing digitale} - {Collectif graphiste} - {UNIXEL MARKETING}
OnePoll/Vistaprint

Étonnement, l’étude ne fait pas mention de la capacité à prendre des risques et à être créatif ou encore intuitif. Autant de traits qui apparaissent fondamentaux chez les entrepreneurs selon la récente étude de Oxford Psychologists Press, publié à l’été 2017.

Il n’y a pas que la personnalité qui joue

L’étude Vistaprint montre que la personnalité ne fait pas tout. C’est l’avis de la majorité (61%) des entrepreneurs interrogés.

Au-delà de la personnalité, les compétences du fondateur (66%) et son réseau (53%) sont des indicateurs de succès futur.

L’exposition à l’entrepreneuriat lors de son parcours et les rencontres sont donc tout aussi importantes. Pour preuve : seuls 10% des entrepreneurs savaient dès l’enfance ou l’adolescence qu’ils lanceraient un jour leur propre affaire. Pour la grande majorité des chefs d’entreprise, l’entrepreneuriat est un projet qui a mûri, la plupart du temps après une expérience professionnelle.

Par Julia Lemarchand

En savoir plus sur https://start.lesechos.fr/entreprendre/actu-startup/nait-on-entrepreneur-ou-le-devient-on-9900.php?1SfwALGVgDSXDG7w.99